Pourquoi en numérique ? Entretien avec Emily Hill

En vente sur Amazon Kindle et papier

J’ai remarqué Emily Hill pour la première fois sur Twitter. Comme elle venait de proposer une traduction en français de son ebook Les histoires de fantômes et les imprévus (Ghosts Stories and the Unexplained) sur Amazon Kindle, j’ai eu envie d’ouvrir la rubrique aux auto-publiés anglophones. Emily n’en est pas à son premier ebook aux États-Unis, mais c’est son premier livre numérique traduit et publié en français.

Emily Hill est d’origine canadienne et auteure d’histoires de fantômes. Elle vit à Edmonds, petite ville au nord de Seattle (état de Washington). Sur son site, Emily Hill, au son d’une musique étrange, vous invite à répondre à un questionnaire pour tester vos connaissances et vos goûts en matière de fantômes et autres êtres surnaturels. Cette approche ludique reflète bien l’atmosphère et l’ambiance des univers qu’elle invente dans ses livres. Emily aime avant tout raconter des histoires, c’est ainsi qu’elle se définit elle-même :

J’aime une bonne histoire, bien ficelée, qui étonne, qu’elle soit ecrite dans un style économe ou un lyrisme volubile, avec des phrases courtes et energiques ou longues et alambiquées – Ça m’est égal ! Mais racontez moi une histoire, ou mieux encore, laissez-moi vous raconter une histoire – Et vous ferez mon bonheur !

Amateurs de Fantômes, d’univers surnaturels, je vous invite à lire son premier livre traduit en français qu’elle dédie à ces ancêtres francophones, venus du Canada.

En vente sur Amazon Kindle

Résumé du livre :

Depuis que ma mère – et toute ma famille _ sont morts, j’ai hérité de leurs photos qui ont circulé de main en main pendant des années. L’autre jour, j’étais en train de contempler une photo de papy Jimmy, deuxième mari de ma grand-mère. Son premier mari, Earl, était mort en 1925, d’une drôle de façon, alors que ma mère avait à peine 13 mois…

Existe en aussi en version papier sur Amazon

Emily Hill et Histoire de fantômes 1

Emily Hill répond aux 5 questions

1.

Pourquoi l’auto-édition et non pas l’édition ?

Au moment même où j’ai terminé mon premier manuscrit et où je me sentais prête à me lancer en tant qu’auteure, la crise économique secouait l’Europe. C’était au printemps 2009, la crise avait déjà frappé aux États-Unis.  Je revenais d’un séjour en France. J’avais visité la normandie, les villes de Nantes et Paris. Je ne pouvais que constater la baisse des ventes des livres et la fermmeture des maisons d’édition ou du moins leurs frilosités face à l’économie morose.

Donc pour publier, il m’a fallu penser autrement, en dehors du circuit traditionnel, et être inventive ! À cette époque, L’auto-publication n’avait pas bonne presse. Elle était surnomée “la pente obscure” (The dark side).  On ne pouvait pas être plus marginal que ça !

2.

Quelle est ton expérience dans l’édition avant le numérique) ?

Mes ancêtres canadiens francophones ont atterri à Baltimore (état du Maryland), après avoir été expulsés du Canada. Une fois bien établis, ils sont devenus propriétaire d’une imprimerie.Mes grand-pères et tous mes oncles ont tous travaillé soit dans l’imprimerie et soi pour les quotidiens de presse – C’est devenu un gène dans la famille!

3.

Pourquoi en numérique ?

Mon mentor à l’époque m’avait mise en garde. L’Auto-publication papier est confidentielle car sans distribution, alors que l’ebook non seulement est largement distribué et pourrait devenir le mode de lecture du futur ! De plus un livre papier de qualité professionnelle,] peut être très cher à produire.

4.

Ton livre est-il classé dans un genre particulier ? Si non, comment le répertories-tu sur les plateformes ?

Oui, j’écris des histoires de fantômes, donc je les répertorie dans Mysticisme et contes folkloriques.

5.

Comment as-tu défini le prix de ton ebook ? Les raisons ?

J’ai lu Dean Wesley Smith, qui a écrit 100 ebooks. Je suis ses conseils en matière de distribution et de prix.

Traduction française Catherine Bedeski

Pourquoi en numérique ? est une série d’entretiens avec des auteurs autoédités en numérique, mais aussi d’autres acteurs qui font les corrections, le formatage, etc.

Si vous désirez un entretien veuillez lire les démarches à suivre. Si vous êtes auteur ici , si vous n’êtes pas auteur 

GOINGmobo, the Magazine of the Mobile Bohemian

Chris Simon _ Licence Creative Commons BY-NC

Photos © Emily Hill

1ère mise en ligne et dernière modification le 5 novembre 2012

5 réflexions sur “Pourquoi en numérique ? Entretien avec Emily Hill

  1. Pingback: Pourquoi en numérique ? Un entretien avec Éric Nicolas | le baiser de la mouche

  2. Pingback: Pourquoi en numérique ? Un entretien avec Claire Roig | le baiser de la mouche

  3. Pingback: Pourquoi en numérique ? Un entretien avec Thibault Dalavaud | le baiser de la mouche

  4. Pingback: Pourquoi en numérique ? Entretien avec Agnès Martin-Lugand, auteure | LE BAISER DE LA MOUCHE

  5. Pingback: Pourquoi en numérique ? Un entretien avec Jérôme Dumont | LE BAISER DE LA MOUCHE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s