Pourquoi en numérique ? Un entretien avec Jérôme Dumont

J’ai rencontré Jérôme Dumont via Twitter, nous nous suivons depuis quelques mois. J’ai appris à mieux le connaître à travers son blog, nos brefs échanges, la Radio des Auteurs et cet entretien. Jérôme est pragmatique, direct, déterminé dans ses choix. Il écrit sérieusement sans oublier le plaisir et le jeu. Grand voyageur et auteur de la série romanesque, Rossetti & MacLane, Jérôme Dumont, se présente ainsi :

Avocat de formation, j’ai eu l’occasion de pratiquer pendant près de quinze ans le droit dans divers pays : la Belgique, ma terre d’adoption pendant une dizaine d’années, le midi de la France ensuite, qui m’a vu grandir et, enfin, le Québec, où je réside depuis un peu plus de six ans.

Voulant vérifier l’adage selon lequel « le droit mène à tout, à condition d’en sortir », mes efforts d’évasion furent récompensés en 2008 par une reconversion dans le multimédia, principalement en production de jeux vidéos et d’applications mobiles. J’ai eu le plaisir de participer à la création d’une dizaine de titres depuis et de baigner dans un milieu créatif et déjanté, troquant le costume pour le jeans !

J’ai baigné, depuis mon enfance, dans un mélange de cultures, d’influences et d’expériences qui m’ont permis de satisfaire un trait fondamental de mon caractère : la curiosité ! L’humour et le refus de se prendre au sérieux font également partie intégrante de ma personnalité : le plaisir de faire des bons mots, spirituels, ou pas, je l’ai hérité de ma grand-mère.

C’est toute cette expérience de vie, aussi bien professionnelle que personnelle, qui m’a finalement amené à me lancer dans l’écriture de romans… Sauf que… L’envie était là, pas le déclic.

Jusqu’à ce fameux matin ou les personnages que j’avais en tête depuis un petit moment se mirent à prendre vie: la série des aventures de Rossetti & MacLane était née !

Placée sous le signe des nouvelles technologies, de l’humour et du suspense, on assiste à la naissance d’une complicité entre deux êtres qui auraient très bien pu ne jamais se rencontrer et vont pourtant former un duo très efficace !

Cover_jeux_dangereux_V2.225x225-75En vente aussi sur Kobo et iBookStore

Jérôme Dumont répond aux  5 questions

1.

Comment as-tu défini le prix de ton ebook ?

Il est toujours difficile de mettre un prix sur son travail, qui a demandé peine et sueur. Cela étant dit, il faut considérer deux éléments principaux :
 
    • Le premier : les prix généralement pratiqués par les autres auteurs auto-édités. J’ai pu constater qu’il est très rare pour un auto-édité de proposer son livre à plus de 5 euros. Il faut rester réaliste et se mettre dans la peau du lecteur/découvreur d’auteur. Est-ce que je paierai plus que ce prix pour un parfait inconnu ? Non.
  • Le second : alors que dans un circuit traditionnel d’édition l’auteur ne peut prétendre à plus de 4 à 12% du prix de vente, nous savons que sur les plateformes d’auto-édition, il nous revient entre 50 et 70%. Il faut également en tenir compte dans la fixation du prix.

2.

Qui a formaté ton ebook ?

Depuis l’écriture jusqu’à la mise en marché, j’ai tout effectué seul. Alors que mon premier ouvrage, paru en 2011 fut très difficile à formater (surtout pour Kindle), fort heureusement, il existe aujourd’hui des outils qui facilitent
énormément la vie.
J’utilise Scrivener pour écrire et, outre ses qualités d’outil d’écriture, il présente le gros avantage de compiler très facilement au format .epub ou .mobi.
Il y a quelques paramétrages de base qui peuvent être pénibles (numérotation et/ou titre des chapitres, préservation de l’alignement du texte), mais une fois ces
écueils passés, on compile extrêmement rapidement et efficacement.
J’utilise ensuite Calibre pour envoyer par email mon manuscrit sur mon kindle et vérifier ainsi le formatage.
Enfin, l’usage d’Antidote est indispensable, même si l’outil n’est pas totalement infaillible pour analyser les structures de phrases.
 
 
51vk5wsPpcL._AA278_PIkin4,BottomRight,-43,22_AA300_SH20_OU15_

3.

Sur quelles plateformes ton livre est distribué ? S’il y a des plateformes sur lesquelles ton/tes livres ne sont pas distribué(s), donnes-en les raisons.

J’ai commencé par distribuer mes livres sur itunes (iBookstore), depuis 2011 pour mon premier livre (plutôt un témoignage qu’une fiction) et j’avais été très satisfait, d’autant que je n’avais strictement rien fait pour le promouvoir. J’ai donc naturellement pensé que pour mes romans, iTunes pourrait être ma plateforme de prédilection. Néanmoins, si les ventes de mon premier livre (qui parle de régime) ont bien marché, pour ce qui est d’une fiction, j’ai constaté que c’était beaucoup plus difficile. De façon très prévisible, c’est la plateforme d’Amazon qui donne les meilleurs résultats (mon livre de régime y figure d’ailleurs depuis 2011 et contrairement à Apple, il ne se vendait pas du tout).

Mes livres sont également distribués sur la plateforme de Kobo. Outre les difficultés techniques (Kobo Writing life est très pointilleux sur le formatage de l’ebook – en ce qui me concerne, ça a été des soucis de UUID dans l’encodage, ainsi qu’un format de date inapproprié dans les méta-données qui m’ont causé des soucis), les ventes restent anecdotiques et j’ai eu, aux débuts de la publication, toutes les difficultés à trouver mes ouvrages sur le site de Kobo…

Enfin, les livres sont également offerts sur la plateforme de Google, où les ventes sont encore plus anecdotiques que sur Kobo et la procédure de mise en ligne assez ardue.

La facilité et l’efficacité de la plateforme d’Amazon est, à ce jour, inégalée et je ne m’étonne pas que la grande majorité des auteurs auto-publiés se tournent vers cette dernière. J’ai par ailleurs récemment formaté mes livres pour les rendre disponibles en version papier, grâce à la plateforme Create Space. J’attends impatiemment les épreuves papier pour me faire une idée concrète de la qualité mais, là encore, passée une apparente complexité, Amazon a bien fait son travail.

J’envisage également de rendre mes livres disponibles au format audio, et je voulais utiliser la plateforme d’Amazon (www.acx.com) pour ce faire. Malheureusement, en l’état, il est indispensable de disposer d’une adresse aux Etats-Unis pour pouvoir procéder. Je vais me plonger plus en détail dans la question, car l’idée (qui m’a été suggérée d’ailleurs par un beta-lecteur que je remercie au passage) me semble intéressante. Sauf que, pour le moment, la mise à disposition sur amazon semble se limiter à amazon.com, ce qui en atténue encore largement l’intérêt.

tumblr_inline_mvekeqMeP21snug41

4.

Démarches-tu les blogs et sites de critiques. Combien de critiques as-tu obtenu sur ton/tes livre(s)? Es-tu satisfait(e) de tes relations avec ces sites et blogs ?

J’ai eu la chance d’être remarqué par un blog en démarrage RL21, qui a du reste critiqué mes deux premiers livres, sans que je ne les aie démarchés.

Je les ai contactés pour les remercier et nous avons gardé de très bons contacts ; ils font partie de ma liste prioritaire pour l’envoi de mes ouvrages lors de leur parution, de même que quelques lecteurs qui m’ont fait la gentillesse de me contacter directement et dont un, en particulier est devenu un beta-lecteur extrêmement précieux, avec qui j’ai eu le plaisir de longuement discuter de mes bouquins et de ma démarche.

J’ai également proposé mon livre en lecture commune sur un forum dédié au livre numérique, qui a été retenu. Les critiques sont globalement très positives et ce qui l’est moins m’a permis de m’améliorer.

On peut citer : le blog du Chat Fou

« L’écriture est fluide, la lecture l’est autant, c’est ce que j’appelle un roman de gare, un vrai. Et ce n’est pas péjoratif du tout, c’est le livre qu’on peut avoir dans un coin et lire d’un coup comme par petits bouts, même s’il n’est pas haletant, il est bien prenant, bref c’est un moment agréable. »

Ou encore :  Caput Mortuum

« Au final, cet ebook possède un énorme atout, son histoire, mais malheureusement, le texte manque de rythme et possède des longueurs. Ceci dit, d’une part, j’aime bien le personnage principal Maître Gabriel Rossetti et d’autre part, j’aime l’originalité du roman, je vais donc jeter un œil aux suites des enquêtes de Rossetti et MacLane. »

Ou bien : L’Avis de Deidre

« Mes attentes ont été en partie comblées. Jeux dangereux est un policier plutôt classique dans son approche, mais avec un style sympathique et maîtrisé et une très bonne idée de base. J’ai beaucoup aimé être projetée dans le milieu des jeux sociaux, et en apprendre un peu plus sur leur mode de fonctionnement. J’ai par contre parfois été perdue par du vocabulaire un peu trop technique et des descriptions trop nombreuses. L’histoire peine à démarrer, mais les personnages sont assez attachants pour que cela ne soit pas dérangeant. Le personnage d’Amandine, particulièrement, m’a beaucoup plu. »

Les aspects plus critiques de ces commentaires m’ont permis, je le pense, de m’améliorer, de fluidifier mon style et d’être plus attentif à la construction de mes intrigues.

J’ai beaucoup apprécié la diversité des commentaires positifs, qu’il s’agisse de tel ou tel personnage, des particularités retenues par chaque commentateur, même si, lors de la lecture de chaque critique, on a un peu l’impression de passer un grand oral !

Mais ça fait partie du jeu, et je pense qu’il faut se soumettre de bonne grâce à la critique dès lors qu’on met à disposition du public ses ouvrages.

En dehors de ça, j’ai sollicité pas mal de sites, blogs et autres et je dois avouer que, si la plupart répondent très poliment, la majorité a l’air très surchargée !

Cela dit, les prises de contact avec certains sites permettent parfois de faire connaissance avec des gens passionnés et ouverts aux nouveaux auteurs.

tumblr_inline_mylftyUSY41snug41

5.

  • Quelles sont les actions qui ont le plus d’impacts sur tes ventes ? Peux-tu quantifier ces actions ?

Incontestablement, la gratuité.

Pour « amorcer la pompe », j’ai misé sur la gratuité pendant une période d’une dizaine de jours (le livre ayant été rendu gratuit sur iTunes et Kobo, Amazon s’est ajusté automatiquement, comme c’est leur usage).

Le résultat a été au-delà de mes espérances : près de 330 téléchargements gratuits en quelques jours, qui m’ont permis de me hisser numéro 1 des téléchargements gratuits sur Amazon.fr pendant presque trois jours !

Lorsque le premier ouvrage est redevenu payant, j’en ai réduit le prix à 0,99 euro et j’ai pu constater que non seulement les ventes du premier volume se maintenaient, mais surtout que les ventes du deuxième et du troisième volume ont largement décollées également (alors même que les prix sont plus élevés pour ces ouvrages : 2,99 et 3,99).

Je sais que certains auteurs sont réticents à la gratuité. En ce qui me concerne, j’ai adopté une démarche pragmatique : n’étant pas connu, il m’a semblé que c’était un bon moyen d’être découvert. Ce qui m’a valu de bonnes et de moins bonnes critiques, mais une fois encore, c’est le jeu.

Sans doute que mon expérience en développement d’applications mobiles, dont la grande majorité sont aujourd’hui disponibles en free to play m’a influencé et « décomplexé » vis-à-vis de la gratuité, mais au final, lorsqu’on écrit et qu’on met son livre à disposition du monde entier, on souhaite être lu !

La gratuité permet d’obtenir une visibilité qui me semble somme toute très intéressante ; à l’occasion de la sortie du quatrième épisode des aventures de Rossetti & MacLane, j’en ai profité pour célébrer l’événement par une nouvelle période de gratuité du premier tome.

Le blog de Jérôme Dumont

Déjà 4 volumes
Déjà 4 volumes

Lire les entretiens précédents d’auteurs auto-publiés :

Thibault Delavaud

Claire Roig

Jacques Vandroux

Marie Fontaine

Entretien avec Laurent Bettoni

Entretien avec Éric Nicolas

Entretien avec David Gaughran

Entretien avec Charlie Bregman

Entretien avec Agnès Martin-Lugand

Entretiens croisés avec Laurent Bettoni

Entretien avec Emily Hill

Entretien avec Fabienne Betting

Entretien avec Florian Rochat

Pourquoi en numérique ? est une série d’entretiens avec des auteurs autoédités en numérique, mais aussi d’autres acteurs qui font les corrections, le formatage, etc. et  travaillent avec eux.

Si vous désirez un entretien veuillez lire les démarches à suivre. Si vous êtes auteur ici , si vous n’êtes pas auteur 

GOINGmobo, the Magazine of the Mobile Bohemian

 

Mes autres publications sur Amazon, Kobo et iTunes
Mes autres publications sur Amazon, Kobo et iTunes

Chris Simon _ Licence Creative Commons BY-NC

Photos – crédits : nui7711 – fotolia.com

1ère mise en ligne et dernière modification le 9 janvier 2014

Auteurs indépendants où et comment gagner des parts de marché ?

Cela va faire deux ans bientôt que les plateformes canado-américaines ont ouvert leur porte aux auto-édités en France, tandis que les librairies francophones numériques, qui se multiplient, traînent à le faire. Suite à mon billet sur la naissance du GLN (Groupement pour le développement de la Lecture Numérique) que certains  libraires en ligne ont commenté, j’ai décidé de faire un point. J’ai essayé de rassembler ici tous les libraires qui acceptent de vendre les livres des auto-édités, s’il en manquait, j’invite  libraires en ligne, lecteurs à les ajouter à ce billet.

La tâche n’a pas été facile certains libraires n’ont pas répondu à ma requête, je les ai donc éliminées d’office.  J’ai trouvé qu’il n’était pas toujours simple de localiser sur les sites le lien dédié aux auteurs indépendants (quand il y en avait un !). Manque ou défaut de communication, certaines librairies semblent garder l’info secrète et parfois il faut s’armer d’une certaine patience pour accéder aux démarches à suivre . Quand on voit la simplicité d’accès des plates-formes comme Amazon Kindle et Kobo, on peut s’interroger… D’autant plus qu’ouvrir sa librairie aux auto-édités ne suffit pas, il faut aussi une politique de mise en avant de leurs livres comme l’ont bien compris Amazon et Kobo, qui montre des signes de progrès à ce niveau-là.

Les plates-formes majeures :

Je rappelle ici les plates-formes équipées de tablettes ou liseuses ouvertes aux auteurs indépendants avec un système d’inscription, de redevances et une logistique simple et facile :

Amazon (Kindle Publishing Direct), Kobo (writing Life),  qui vient d’inaugurer en octobre  Writing life en version française  avec une mise en vente automatique et rapide sur Kobo by Fnac, et iBookStore (itunes), Google Play, et Barnes & Noble (qui n’est pas accessible aux auteurs Européens).

Les Librairies en ligne

Immatériel.fr  : La plus ancienne (création en 2008).  Accessible avec un numéro de SIRET (pour en obtenir un, le statut d’auto-entrepreneur suffit). On peut regretter qu’il n’y ait aucune mise en lumière des auteurs indépendants. J’achète des livres chez eux,  mais n’en ai jamais vendu. En tant que lectrice, je peux confirmer que le service est bon et permet de lire sur n’importe quel support, de plus le site possède un système de commentaires, Si vous avez un numéro de siret, cela vaut peut-être la peine de distribuer chez eux. Pas d’exclusivité, pas de frais d’inscription et une majoration de 30% sur les ventes. Toutes les infos ici  :

Didactibook : une des rares librairies ouverte aux auto-édités, la procédure est un peu plus complexe et il faut fournir formats PDF et ePub, un ISBN. Pas d’exclusivité. Pas de tarif indiqué sur la redevance des ventes, j’imagine que cela se trouve dans le contrat. Toutes les instructions ici : http://www.didactibook.com/store/page/63-Editeurs

Chapitre.com : Il faut prendre contact via une adresse courriel  avec un commercial ce que j’ai fait le 22 octobre 2013. Toujours pas de réponse 😉

Lien pour prendre contact avec Chapitre : http://telecharger-ebook.chapitre.com/ebook/common/publisher.jsp

Nolim store, la nouvelle librairie ebook de Carrefour. Je les ai contactés via courriel le 22 octobre, j’ai reçu un email automatique :

Nous vous confirmons avoir pris en compte vos observations et les avoir transmises au service concerné. Nous vous contactons dans les plus brefs délais dès que nous obtenons de plus amples informations à ce sujet. Vous bénéficiez ainsi de la prise en considération de vos remarques par nos collaborateurs et de notre engagement à vous proposer un service adapté à vos attentes. Nous vous remercions de votre intérêt pour notre offre Nolim By Carrefour et restons à votre disposition pour tout renseignement complémentaire. Nous vous souhaitons, Madame Simon, une agréable journée.

Depuis plus rien ;-). Je pense donc que Nolim n’a pas prévu pour l’instant de distrubuer les auto-édités.

Je ne dirai pas que mon expérience est super concluante. J’ai dépensé beaucoup de temps pour contacter ces librairies, la plupart du temps, j’ai galéré pour trouver les informations, ou je suis restée sans réponse à ma demande. Je ne reporte pas les noms de toutes les librairies qui n’ont qu’un lien éditeurs, assumant qu’ils ne gèrent pas les auteurs indépendants. Pas besoin de vous faire un dessin, beaucoup de temps perdu pour des ventes qui restent minimes puisque d’après une étude publiée par IDboox cette semaine :

Dans les pays occidentaux, 86% des personnes interrogées utilisent au moins une des cinq plates-formes majeures. 20% des personnes interrogées utilisent les services d’Apple ou de Google pour se procurer plus de deux médias différents comme de la musique, de la vidéo, des livres ou des jeux vidéo. Ils sont 30% chez Amazon. La firme de Jeff Bezos reste le site de destination privilégié pour les livres numériques. 28% des utilisateurs de la plate-forme y viennent pour les ebooks. 21% utilisent Google pour les livres numériques et 19% Apple.

Bref, ce n’est certainement pas un secret pour les auto-édités, mais les sites de ventes les plus accueillants et « user friendly » restent les plates-formes anglo-saxonnes, elles sont aussi celles qui génèrent le plus de ventes à ce jour. Le marché numérique se développe et les mentalités s’ouvrent. Il y a de l’espoir. D’autres acteurs proposent de distribuer vos livres, le Zèbre Digital  (filiale de ONLIT), Smashwords et  un nouvel acteur : ibookthèque, une filiale de l’éditeur NumerikLivres qui propose  de distribuer les livres des auteurs indépendants sur toutes les plates-formes et librairies numériques. Une sorte d’agrégator à la Smashwords.

Ibookthèque est un nouveau service qui propose de diffuser vos livres sur toutes les librairies et plates-formes, comme sur Smashword vous pouvez choisir de faire vos fichiers ou de les faire faire. En effet ibookthèque propose de convertir vos fichiers à partir des fichiers en .doc, .rtf, .Pages. pour une somme qui va de 59,00 à 99,00 euros selon la taille de votre fichier. Prix raisonnables. Avec ces fichiers en poche vous pouvez choisir de diffuser votre livre vous-même ou le faire diffuser par ibookthèque, accédant ainsi à toutes les plateformes et librairies francophones. Iboothèque vous reversera 80% de redevances sur les ventes nettes de vos livres. Qu’est-ce qu’une vente nette ? C’est le prix de vente déduit des taxes de vente en vigueur (TVA, entre autres) et de la commission reversée aux librairies en lignes (40 %).

Exemple concret avec prix de vente public à 4.99 € TTC :

  • 4,99 – 5,5 % de TVA* = 4,71 € HT
  • 4,71 – 40 % (part des librairies) = 2,82 € HT
  • 2,82 x 80 % (vos redevances) = 2,26 €

Pour un livre numérique vendu au prix public de 4,99 € TTC vous percevrez sur chaque téléchargement 2,26 €.

C’est moins que si vous vendiez en direct sur Amazon, mais pensez que votre livre est distribué non pas sur une plateforme, mais sur un grand nombre, notamment toutes celles sur lesquelles vous n’avez pas accès en tant qu’auteurs indépendants.

J’ai fait le calcul sur une séance de Lacan et la boîte de mouchoirs 🙂

  • 1,29 – 5,5 % de TVA* = 1,22 € HT
  • 1,22 – 40 % (part des librairies) = 0,74 € HT
  • 0,74 x 80 % (vos redevances) = 0,59 €

Pour une  séance  vendu au prix public de 1,29 € TTC,  je percevrai  sur chaque téléchargement 0,59 €.

Conclusion : avec un ebook en dessous de 2,99 , je gagne plus qu’en passant directement par Amazon, puisque ma redevance (nette à 35%) sur 1,29 est de 0,45 . Ce ne sera pas forcement vrai sur les autres plates-formes. Reste à déduire le coût du codage 59,00 (mon fichier est de moins de 15000 mots).  Les 100 premières ventes serviront à amortir ce coût.

Les avantages :

  • Une large distribution ce qui rend votre livre accessible au plus grand nombre de lecteurs en une seule livraison
  • Des fichiers professionnellement codés dont vous pouvez disposer comme vous voulez
  • Moins de temps passé à préparer votre livre et le charger sur les plates-formes, plus de temps pour écrire.
  • Progression de vos ventes de livres sur le moyen/long terme en phase avec le marché qui est exponentiel
  • Possibilité de faire des promotions ponctuelles

Les désavantages :

  • À chaque modification de votre livre, il faudra repayer un nouveau codage. (cf tarifs différents)
  • Contrat d’exclusivité (impossible de vendre en direct sur d’autres plates-formes à l’exception de son site d’auteur)
  • Un manque à gagner  sur les ventes des livres au prix supérieur à 2,99 sur Amazon ou sur Kobo et itunes puisque les redevances s’élèvent à 70% ou 65% sur ces plates-formes.

Plus ancien que ibookthéque, le Zèbre Digital appartient à La maison d’édition numérique ONLIT. Créé en janvier  2013, Zèbre Digital propose un forfait codage et diffusion compris à  299,00 , plus cher au départ que ibookthèque, mais ne prend que 10% sur les ventes, ce qui revient à dire (une fois le pourcentage des plates-formes déduit) que 50% de la vente d’un livre revient à l’auteur. Ces chiffres  ne sont pas définitifs, en effet, Zèbre Digital est en train de revoir le prix de son forfait (codage et diffusion) et les  statuts juridiques de ses contrats afin de mieux répondre à la demande du marché et à la concurrence, donc n’hésitez pas à contacter la compagnie. On voit que ces deux portiques, contrairement aux librairies en lignes connaissent le numérique et leurs utilisateurs. Leurs sites sont agréables, ergonomiques, en deux mots « User friendly)

Smashwords, créé en 2008 aux États-Unis, distribue votre livre sur les plates-formes Amazon, Kobo, iBookStore, Barnes&Noble et sur d’autres plates-formes importantes de vente comme Sony…  Le site est extrêmement bien fait, possède des  brochures gratuites qui vous permettent de mieux comprendre et maitriser les formats et le codage epub et mobi (brochures en français aussi) que vous devez fournir. C’est une plateforme très efficace et performante dans le monde anglophone, cependant sur le marché francophone, Smashwords génère peu de ventes sur sa plate-forme, même s’il permet de faire des promotions ponctuelles et vous épargne les démarches administratives avec l’IRS (service de l’impot aux États-Unis). Commission de 15% sur les ventes.

Conclusion : hors les plates-formes canado-américaines auto-publier son livre numérique est un parcours de combattant 😉 avec  pratiquement aucune visibilité puisqu’il n’y a pas de politique de mise en avant des auteurs indépendants sur les librairies en ligne. Même si ça reste sans doute aujourd’hui  un meilleur investissement de se concentrer sur les plates-formes anglophones (surtout celles qui mettent en avant les auteurs indépendants) plutôt que de décupler les points de vente, surveillons de près, car cela pourrait changer.

Le marché du ebook évolue vite, c’est pourquoi le guichet unique de type ibookthèque ou  Zèbre Digital pourraient être dans l’avenir une vraie solution pour les auteurs indépendants, qui génèrent des revenus croissants et veulent satisfaire un lectorat qui s’élargit, en réinvestissant dans la qualité technique de leurs publications et une plus large distribution. Ce qui paraît un peu cher aujourd’hui, ne le sera peut-être plus demain… À vous auteurs de faire votre calcul, de gérer votre temps et votre carrière, vos investissements.

Les auteurs indépendants d’aujourd’hui n’ont pas attendu ces portiques pour publier des livres de qualité et se professionnaliser. Ils l’ont fait grâce à l’entraide et le partage de leurs connaissances et aptitudes en les mettant en commun et continuent de le faire. Cependant  l’apparition de ces outils est une bonne nouvelle et permettra à plus d’auteurs de devenir indépendants, même s’ils sont peu geeks. Une des raisons pour laquelle, j’ai consenti à perdre un peu de mon temps à rassembler ces informations et écrire ce billet.

Bonne chance à tous.

SAISON I - Dernier épisode  le 7 décembre 2013
SAISON I – Dernier épisode le 7 décembre 2013
GOINGmobo, the Magazine of the Mobile Bohemian
GOINGmobo, the Magazine of the Mobile Bohemian

Chris Simon _ Licence Creative Commons BY-NC
1ère mise en ligne et dernière modification le 13 novembre 2013.

Quelle place pour les auto-édités au sein du GLN?

Enfin, les acteurs du numérique tentent un rassemblement : le GLN ( Groupement pour le développement de la Lecture Numérique ) sous forme d’association 1901. Partant sur la base que les acteurs du livre et de la presse numérique sont de plus en plus nombreux, quelques-uns ont décidé de se fédérer pour permettre à tous d’œuvrer ensemble au développement de la lecture numérique sous toutes ses formes.

Le GLN s’impose les trois missions suivantes :

1 — Défendre, fédérer et représenter les intérêts individuels et collectifs de ses adhérents et plus largement des acteurs professionnels francophones de la lecture numérique.

2 — Œuvrer, par tout moyen, au développement économique du secteur.

3 — Se positionner comme force de réflexion et de proposition économique et sociale à l’échelle nationale.

GLN
GLN

 

Belle initiative et pour accomplir ces trois  missions le GLN invite tout le monde, c’est-à-dire :

« prestataires de services, en passant par les bibliothèques, les médiathèques, les constructeurs d’appareils mobiles, les auteurs auto-édités (ou auteurs édités), les éditeurs de presse, les éditeurs purs players et les éditeurs traditionnels, les libraires physiques et les librairies en ligne, les plateformes de distribution alternatives, les développeurs d’application, les distributeurs, l’interprofession, les blogs littéraires, les sites d’information en ligne spécialisés, etc. »

Un mouvement qui part des usages, une liste éclectique et donc ouverte à tous les acteurs du livre numérique. Certes, ils n’ont pas oublié les indés (auto-édités), sans doute parce qu’un des auteurs au conseil d’administration est un auteur qui s’auto-publie, et je m’en réjouis. Je me dis chouette, je suis invitée ! Mais par qui ?
Les gens qui ont mis en place le GLN sont des acteurs reconnus de l’édition numérique, je les connais pour la plupart et je n’ai aucune envie de les dénigrer. Je suis leur travail et j’apprécie leurs compétences. Les voici :

Benoît de La Bourdonnaye, Président du GLN et fondateur de Didactibook ;

Jean-François Gayrard, créateur de NumerikLivres ;

Elizabeth Sutton, responsable du site d’actualités numériques IDBoox ; Karline Demey, animatrice du blog littéraire Un brin de lecture, ou encore Fabien Sauleman, co-fondateur de Youboox, la plateforme de lecture en streaming.

On y retrouve également au sein de son Conseil d’Administration un auteur (Laurent Bettoni), un libraire diffuseur (ePagine, par le biais de David Queffélec), un distributeur (Volumen, via Mathieu Raynaud), un éditeur (John Libbey Eurotext, représenté par Anne Chevalier) et enfin un libraire numérique innovant Sanspapier.com, via son co-fondateur Antoine Garnier.

C’est en épluchant la liste des membres que je commence à douter de l’ouverture réelle à tous les acteurs du numérique, même si au premier abord, j’approuve l’initiative, je ne peux laisser passer un point qui me paraît important, voire crucial. Peut-être cela ne vous a pas frappé, mais moi ça me saute aux yeux. Un auto-édité n’a pas sa place dans une fédération qui est dirigée en partie par des librairies qui ne distribuent pas les livres d’auteurs auto-édités. Il y a comme un non-sens.

Les libraires diffuseurs : Epagine, Volumen, sanspapier.com ne distribuent aucun livre d’auteurs auto-publiés ou indés. Ça fait quand même trois membres qui ne diffusent pas nos livres et dont trois sont au conseil d’administration. J’ajoute à cette liste Youboox sur le site duquel aucune rubrique, ni lien qui mène à une inscription en tant qu’auto-édité. Didactibook est ouvert aux auto-édités bien que cette ouverture n’ait fait l’objet d’aucune publicité auprès de la cible concernée.

Ça ne vous choque pas ? Moi si. Permettez-moi de vous dire que ça ne m’incite pas à adhérer.

Allez encore un petit effort. Soit vous jouez le jeu jusqu’au bout, soit vous faites votre club et continuez l’exclusion qui est de mise dans tout club. Car je ne vois pas comment on peut prétendre fédérer tous les acteurs quand en fait, les membres qui dirigent ou représentent le GLN ont leurs portes fermées à une partie de ceux qui y sont invités et supposés y adhérer.

Pour assurer une vraie représentativité du GLN, il faut abolir ces restrictions qui n’ont aucun sens et se justifient encore moins avec la création d’un tel groupe. Du reste,  si vous connaissiez la masse globale des chiffres de ventes des auto-publiés, vous regretteriez de ne pas les avoir distribué plus tôt.

Je préfère soulever cette anomalie d’entrée et espère qu’elle permettra à tous d’y voir clair dès le départ. Ça ne sert à rien de partir sur un malentendu, sachant qu’il y aura des déçus et que l’on pourrait l’éviter pour ceux-là.

Le GLN se décrit ainsi : “Cette association de compétences multiples aura pour but de fédérer les acteurs francophones du secteur afin de favoriser le développement lié au livre numérique, assurer sa diffusion auprès d’un plus large public, et être force de proposition à l’échelle nationale.,

Allez, encore un effort, si vraiment votre but est de fédérer tous les acteurs du numérique ainsi que les lecteurs,  d’assurer une meilleure diffusion à un vaste public !  Car, les lecteurs, eux lisent  les livres indés ou pas 😉

Pour en savoir plus : site du GLN

Une séance par mois Amazon tous pays
Une séance par mois Amazon tous pays
GOINGmobo, the Magazine of the Mobile Bohemian
GOINGmobo, the Magazine of the Mobile Bohemian

Chris Simon _ Licence Creative Commons BY-NC
1ère mise en ligne et dernière modification le 16 octobre 2013.

Pourquoi en numérique ? Un entretien avec Thibault Delavaud

Je connais Thibault Delavaud depuis peu de temps. Je l’ai découvert à travers son blog et nous nous suivons sur Twitter. À travers nos échanges sur les réseaux et par courriels, j’ai apprécié son volontarisme et sa vigueur. C’est un auteur consciencieux et dévoué à son écriture et aux univers qu’il invente. Le thème de sa novella, Eden, est un vrai thème dans la tradition des grands auteurs de science-fiction ; et, qui lui a été inspiré lors d’un voyage dans les grands espaces américains. N’avons-nous jamais eu envie de vivre à l’époque où la terre était un immense paysage sans homme ?  N’avons-nous jamais rêvé d’être la première créature humaine à fouler ce paysage ? Mais place à l’auteur d’Eden, Thibault Delavaud qui se présente ainsi :

Eden en vente sur Amazon
Eden en vente sur Amazon

Je m’appelle Thibault Delavaud, né en 1986 à Paris. J’écris depuis mon adolescence et c’est lors de mes études supérieures que je commence la rédaction de nouvelles de science-fiction.  Lorsque je découvre l’auto-édition numérique au début de l’année 2012, je décide de me lancer. Je retravaille mes textes et je publie six nouvelles sur Amazon à partir du mois d’avril 2012. J’ai notamment écrit Eden (une Novella, une centaine de pages), qui a enregistré plus de 500 ventes, depuis sa publication en septembre 2012. Je suis passionné par la littérature et j’apprécie quasiment tous les genres (avec un faible pour la science-fiction, évidemment). Je lis beaucoup de grands classiques de la littérature française et anglo-saxonne dont j’essaye de m’inspirer. Je raconte mon parcours d’auto-édité sur mon blog, j’y parle aussi de mes dernières lectures et y partage également mes réflexions et mes analyses sur la littérature.

Thibault Delavaud répond aux  5 questions

1.

Pourquoi l’auto-édition et non pas l’édition ?

L’auto-édition s’est imposée comme une évidence. Comme je le précisais dans ma bio, lorsque j’ai découvert que l’auto-édition se développait en France, j’ai tout de suite saisi l’opportunité. Je ne songeais pas à envoyer mes nouvelles à un éditeur : la nouvelle est un format que les éditeurs apprécient peu car difficile à publier et le genre (la science-fiction) est assez spécifique. Je ne me sentais pas prêt, passer par une maison d’édition traditionnelle me semblait difficile, long, très incertain… A l’inverse, l’auto-édition me donnait la possibilité d’apprendre, de faire les choses par moi-même et surtout de pouvoir échanger avec mes lecteurs, afin qu’ils me donnent leur avis, pour que je puisse progresser dans mon écriture. L’auto-édition, c’est la garantie de la liberté totale.

Eden en vente sur Amazon
Eden en vente sur Amazon

2.

Fais-tu des promotions ponctuelles (changement de prix, gratuité…) ? Sur quelles plateformes ?

J’ai fait plusieurs promotions, des gratuites et des baisses de prix. Je trouve que les promotions gratuites ne sont pas aussi efficaces qu’elles peuvent le paraître. Les lecteurs vont télécharger le livre (et pourquoi sans priver, c’est gratuit) mais il n’est pas sûr qu’ils le liront. Il sera un livre parmi l’immense pile des livres gratuits téléchargés par le lecteur. Il y a tellement de livres en promotion gratuite sur Amazon que finalement, cela ne permet pas tellement au livre de se démarquer.  En revanche, afficher clairement que l’on fait une baisse de prix sur un livre me paraît plus judicieux : le lecteur a davantage le sentiment de profiter d’une offre et le livre n’est pas galvaudé. Amazon limite le nombre de jours en promotion gratuite mais on peut à loisir modifier le prix de vente, donc il y a une meilleure flexibilité. Par contre, il est vrai que c’est à l’auteur de communiquer sur la réduction puisqu’Amazon ne fera rien.

3.

Combien de temps passes-tu par jour à la promotion de ton dernier livre ? Cela empiète-t-il sur ton temps d’écriture ? Utilises-tu les réseaux sociaux ? Lesquels et comment ?

Depuis que j’ai publié mes nouvelles (à partir d’avril 2012), j’ai passé beaucoup de temps à en faire la promotion, au détriment de l’écriture. Je passe beaucoup de temps également à écrire des articles sur mon blog mais l’essentiel de mes efforts a été porté sur la promotion de mes ouvrages. J’utilise quasi-exclusivement les réseaux sociaux : Facebook et Twitter (annonce de promotions relatives à mes nouvelles, liens vers mon book trailer, les nouveaux commentaires clients…). Surtout, plus que de faire de la « pub » ou de la promotion, je prends soin de parler de mes « actualités » et de rester au contact de mes lecteurs et de ceux qui s’intéressent à mes écrits et à mon blog. De cette manière, je dialogue directement avec des auteurs, des lecteurs, des connaissances rencontrées sur Internet…  Cela a été très enrichissant car j’ai ainsi pu rencontrer et échanger avec beaucoup de personnes et des passionnés par la lecture et l’écriture.

En vente sur Amazon
En vente sur Amazon

4.

As-tu fait une présentation de ton livre dans un « trailer » et le diffuses-tu sur le net ? Sur quels sites ?

J’ai réalisé un book trailer pour Eden, que l’on peut voir sur Youtube mais aussi sur mon blog et sur Facebook. Le book trailer est un outil efficace mais qui n’est pas indispensable. Cela a un gros inconvénient : il est difficile d’attirer un vaste public. Autant les gens peuvent voir directement les posts sur Facebook et Twitter (même s’ils les lisent en diagonale), autant il faut  réussir à convaincre les internautes de cliquer sur la vidéo et mobiliser leur attention.

5.

Quelles sont les actions qui ont le plus d’impacts sur tes ventes ? Peux-tu quantifier ces actions ?

C’est la question que je me pose le plus souvent et qui est la plus difficile à résoudre. Etant donné que le nombre de ventes est limité car le marché des ebooks est très petit, il est difficile de véritablement déterminer si les actions « marketing » ont un impact immédiat réel ou si finalement elles donnent de la visibilité qui se révèlera payante sur le plus long terme. Je constate malgré tout que mes « annonces » sur Facebook en sponsorisant mes posts entraînent quelques ventes, une petite dizaine à peine généralement, sur des milliers de personnes touchées par mon post. Cela marche mais, compte tenu du coût de la campagne, est-ce que le jeu en vaut la chandelle ? Je m’interroge… Je constate aussi une hausse de mes ventes (toujours très limitée) après la publication de nouveaux articles sur mon blog, quel que soit le sujet de ces articles. Preuve qu’il faut avant tout produire de la qualité. J’ai récemment donné une interview vidéo au site monBestSeller.com et elle a eu un impact modéré en termes de ventes mais énorme en termes de visibilité sur Internet.

Eden en vente sur Amazon
Eden en vente sur Amazon

Mais ce qui a eu le plus d’impact sur mes ventes n’a rien à voir avec mes actions « marketing ». Il s’agit des commentaires clients Amazon.  Eden a été très bien noté, ce qui m’a beaucoup aidé. Mon grand regret est qu’Amazon ne permet pas de faire de la publicité au sens traditionnel. Pour être visible, il faut que le livre fasse partie des meilleures ventes mais cela implique que des exemplaires s’en soient déjà vendus ! La combinaison hausse des ventes et critiques positives est évidemment la meilleure solution pour enregistrer des ventes significatives sur le long terme.  Reste à créer cette combinaison…

Eden en vente sur Amazon
Eden en vente sur Amazon

Le blog  de Thibault Delavaud

La page Amazon de Thibault Delavaud

 

Lire les entretiens précédents d’auteurs auto-publiés :

Claire Roig

Jacques Vandroux

Marie Fontaine

Entretien avec Laurent Bettoni

Entretien avec Éric Nicolas

Entretien avec David Gaughran

Entretien avec Charlie Bregman

Entretien avec Agnès Martin-Lugand

Entretiens croisés avec Laurent Bettoni

Entretien avec Emily Hill

Entretien avec Fabienne Betting

Entretien avec Florian Rochat

Pourquoi en numérique ? est une série d’entretiens avec des auteurs autoédités en numérique, mais aussi d’autres acteurs qui font les corrections, le formatage, etc. et acceptent de travailler avec eux.

Si vous désirez un entretien veuillez lire les démarches à suivre. Si vous êtes auteur ici , si vous n’êtes pas auteur 

GOINGmobo, the Magazine of the Mobile Bohemian

Chris Simon _ Licence Creative Commons BY-NC

Photos  ©Thibault Dalavaud

1ère mise en ligne et dernière modification le 6 octobre 2013

Pourquoi en numérique ? Un entretien avec Claire Roig

Claire Roig est un des rares auteurs auto-publiés avec qui j’ai déjeuné. Les réseaux sociaux provoquent aussi ce genre de rencontres. Claire m’avait contacté, car elle avait envie d’auto-publier un texte. Nous n’avons hélas pas pris de photo de cette rencontre, mais autour d’une omelette-salade et d’une tarte aux pommes, nous avons parlé d’écriture, de littérature, d’animation d’ateliers d’écriture, d’auto-publication et d’Amazon Kindle.

Claire est une femme sensible, extrêmement calme en apparence, ce qui la rend un peu mystérieuse… Nous nous sommes trouvées une habitude commune, nous buvons du café uniquement dans les cafés ou chez les autres, jamais chez nous. Politesse ou peur de déplaire ? Goût des autres ? Plaisir de tout partager ? Je vous laisse choisir..

Je suis plus que ravie de publier un entretien de Caire Roig et de vous présenter son livre qui depuis a vu le jour sur Kindle : Les mains coupées.

Claire se présente avec les mots de Claire :

Je suis animatrice d’ateliers d’écriture depuis octobre 2011 dans les Hauts-de-Seine (région parisienne). Mon travail se base, principalement, sur la mémoire et sur la fiction. J’ai cette passion de l’écriture depuis mes dix ans. Et grâce à mon métier, je peux transmettre cette passion.

J’ai commencé par écrire de la poésie à l’adolescence. C’était une façon de m’exprimer et de dénoncer ce qui me semblait injuste dans mon quotidien.

Puis il y a eu un tournant, vingt ans après. Je participais aux ateliers d’écriture d’un écrivain, Michel Manière. Et j’ai eu envie d’aller plus loin, d’apprendre et de progresser dans ma façon d’écrire. Bref, trouver ma voix (et ma voie), sachant que rien n’est acquis. L’écriture est à (re)conquérir à chaque fois. Mes yeux et mes oreilles se sont ouverts. J’ai compris, tardivement, qu’il ne faut pas attendre l’inspiration pour écrire. L’inspiration, c’est du bluff, une excuse pour ne pas écrire. Si je veux écrire et publier mon travail, je dois oser mettre les mots sur le papier et retravailler le texte. Ça prendra le temps que ça prendra. A chacun son rythme de travail.

J’ai écrit beaucoup de nouvelles non abouties, avec beaucoup de blancs et de trous. Quand j’écris, la musique est présente dans ma tête. Et quand elle disparaît, je ne me décourage pas, j’écris, avec des périodes plus ou moins régulières. La musique dans ma tête est indispensable car elle rythme mes mots, mes phrases. J’oralise quand j’écris. J’aime entendre les mots. J’oralise à voix haute ou en silence. C’est ma manière d’aborder, d’apprivoiser l’écriture.

2013-09-10

Claire Roig répond aux  5 questions

1.

Quelle est ton expérience dans l’édition avant le numérique ?

Mon expérience dans le monde de l’édition traditionnelle me laisse un goût amer. Je vais passer certains détails. J’ai signé un contrat avec une maison d’éditions en mars 2012. Le contact avec le personnel était quasi inexistant. Quand j’envoyais un mail ou lorsque je téléphonais, je n’avais pas de réponses. Par contre, quand eux prenaient la peine de me téléphoner ou de m’envoyer un mail, j’étais responsable. Responsable de quoi ? Je n’ai jamais compris. Je crois, pour l’avoir déjà vécu dans d’autres circonstances, que c’était une façon de rejeter leurs failles et incompétences sur mon dos. Bref, me culpabiliser d’une faute imaginaire. J’ai vécu des mois dans un état éprouvant. Finalement, le livre papier est sorti le 31 janvier 2013. Or la maison d’éditions a demandé un redressement judiciaire quinze jours après. De cette expérience, j’en sors salie et exploitée. J’en sors aussi plus autonome quant à mes choix.

Enn vente sur Amazon (tous pays)
En vente sur Amazon (tous pays)

2.

Pourquoi le numérique ?

Le numérique s’est avéré être la solution pour faire vivre mon livre. Avant ça, des personnes m’ont fait confiance. Pour eux et pour moi, je devais, je dois continuer. D’autre part, si quelqu’un écrit depuis longtemps, comme moi, et prends des heures considérables pour écrire, pourquoi ses textes resteraient-ils au fond d’un tiroir ? Ou sur la toile, par le biais d’un blog, par exemple ? Ecrire est un travail et l’auteur mérite son salaire.

3.

Qui a formaté ton e-book ? Quelles sont les difficultés que tu as rencontrées ? Quels sont les conseils que tu peux donner ?

J’ai formaté le livre moi-même grâce à un livre publié par Amazon (Préparation de votre livre pour Kindle) pour les apprentis comme moi. Les difficultés rencontrées sont d’ordres techniques : enlever les retours chariots pour les remplacer par des espacements au niveau des paragraphes ; et la table des matières qui ne fonctionnait pas. J’ai donc supprimé celle-ci. Le seul conseil que je peux donner à quelqu’un qui veut formater son livre, c’est de ne faire aucun formatage dès le début de l’écriture du texte dans le fichier. Bref, attendre la fin du livre pour commencer le formatage du fichier.

2013-09-10

4.

Fais-tu des promotions ponctuelles (changement de prix, gratuité) ? Sur quelles plateformes ?

Pour mon livre, Les mains coupées, j’ai fait deux opérations de gratuité. Ce fut une erreur : erreur d’une débutante dans l’autoédition. Car la gratuité laisse à penser que l’on peut faire tout et n’importe quoi sur Internet. C’est-à-dire que le lecteur potentiel peut acquérir des livres gratuitement, et que c’est son droit. Or non, ce n’est pas le cas. Tout travail mérite un salaire. D’autre part, le lecteur du numérique ne prend plus le risque de la découverte d’un livre, d’un auteur, d’un style, d’une voix. Le lecteur prend ce risque dans une librairie traditionnelle, alors pourquoi pas pour une librairie numérique ? J’avoue que quelque chose m’échappe. Et en même temps, la gratuité permet de découvrir un auteur qu’on n’aurait pas découvert autrement. C’est paradoxal. La gratuité peut être bien pour le commencement mais, surtout, elle ne doit pas être généralisée. C’est un mode de fonctionnement à double tranchant.

5.

Si tu as déjà publié en maison d’éditions papier : peux-tu décrire les avantages et désavantages de l’auto-publication numérique comparée à l’édition papier ?

Pour ma part, je vois plus de similitudes que de divergences. Dans les deux situations, il faut trouver son lectorat, son public, ses lecteurs, ceux qui n’hésiteront pas à investir dans votre prochain livre. Dun côté, dans l’auto-publication numérique, on doit compter sur soi-même, tout repose sur mes épaules. Il y a, évidemment, l’entraide entre auteurs qui permet de ne pas se sentir isolée. Un livre numérique ne prend pas de place dans un appartement (même si j’aime le livre papier). Le seul « hic », me semble-t-il, est la vente. Comment faire connaître son livre à un public et comment faire pour que ce public vous fasse confiance ? D’un autre côté, s’auto-publier permet de ne pas tomber dans le piège de certaines maisons d’éditions qui se réclament professionnelles, mais qui au final, dépouillent l’auteur de son œuvre, de son argent, et surtout, de son énergie et de son élan pour créer.

Merci Chris.

Enn vente sur Amazon (tous pays)
Enn vente sur Amazon (tous pays)

Le blog  de Claire :  En mode écriture

 

Lire les entretiens précédents d’auteurs auto-publiés :

Jacques Vandroux

Marie Fontaine

Entretien avec Laurent Bettoni

Entretien avec Éric Nicolas

Entretien avec David Gaughran

Entretien avec Charlie Bregman

Entretien avec Agnès Martin-Lugand

Entretiens croisés avec Laurent Bettoni

Entretien avec Emily Hill

Entretien avec Fabienne Betting

Entretien avec Florian Rochat

Pourquoi en numérique ? est une série d’entretiens avec des auteurs autoédités en numérique, mais aussi d’autres acteurs qui font les corrections, le formatage, etc. et acceptent de travailler avec eux.

Si vous désirez un entretien veuillez lire les démarches à suivre. Si vous êtes auteur ici , si vous n’êtes pas auteur 

GOINGmobo, the Magazine of the Mobile Bohemian

Chris Simon _ Licence Creative Commons BY-NC

Photos  ©Marie Fontaine ©Julian Mason (Flickr CC BY 2.0)

1ère mise en ligne et dernière modification le 25 août 2013

Auteurs, réveillez-vous ! Des solutions avant que ReLIRE ne vous dépouille

Chris Simon est l’auteure de quatre livres numériques dont trois auto-publiés. 

Mes ebooks sur Amazon
Mes ebooks sur Amazon

Auteurs réveillez-vous ! 

Ouvrez les yeux sur le numérique et devenez Indés pour sauver vos biens !

Relisez :

Réfractaires, oui, mais pas vaincus ! car l’histoire permet des vues plus larges sur les événements.

Et signez la pétition contre la loi ici : LIRE or not ReLIRE

 

Livre numérique dans une liseuse
Livre numérique dans une liseuse

C’est dingue, aberrant et une violation de la loi de la part de l’état Français. Une loi votée le 21 mars 2013 et  intitulée ReLIRE (Registre des livres indisponibles en réédition électronique), très bien expliquée dans le billet de S.I.Lex. Ce Registre est une liste de 60 000 livres indisponibles (avec des erreurs) et oblige les auteurs de ces indisponibles à se manifester dans les six mois c’est-à-dire avant le 21 septembre 2013, faute de quoi leurs livres indisponibles seront exploités d’office par un tiers. Le registre est géré par la BNF.

Si vous connaissez des auteurs, des ayants droits, même d’un seul livre, faites circuler l’information en les renvoyant sur les sites de références en fin de ce billet.

Il est impératif que les auteurs soient informés, se mobilisent et trouvent des solutions individuelles et collectives. Il y en a. Lisez l’excellent billet de François Bon et rejoignez le site de lesindisponibles.fr, une coopérative qui se propose de numériser les indisponibles sur la demande des auteurs pour que ceux-ci gardent la gestion de leurs oeuvres et reçoivent donc la rémunération qui découlerait d’une exploitation numérique. En effet, d’après le Registre l’auteur a jusqu’au 21 septembre 2013 pour prouver qu’il est l’auteur du(des) titre(s) qu’il réclame et deux ans pour l’exploiter, spécifie ce même Registre, faute de quoi les oeuvres réclamées retomberaient automatiquement dans ReLire.

La légende de Little Eagle
La légende de Little Eagle

La vraie solution contre une telle spoliation est de prendre en charge l’exploitation de vos oeuvres indisponibles. Des auteurs se sont déjà lancés tels que Florian Rochat, Serge Brussolo ou Gilbert Gallerne qui déclare dans un entretien sur Ecran Total :

Il va falloir faire un tri dans tout cela, et je pense que cela passera par une prise de conscience des auteurs reconnus qui disposent de titres oubliés. Je pense notamment à tous ces auteurs du Fleuve Noir, à tous ces gens qui fournissaient les collections policières ou de science-fiction dans les années 1970 à 1990 et dont la plupart des ouvrages sont aujourd’hui introuvables. On commence à voir cela aux États-Unis, et dans une moindre mesure en France, où l’on a encore quelques années de retard, mais cela va venir. Que des gens comme Brussolo commencent à y venir est un très bon signe.

Gilbert Gallerne réedite ses indisponibles sur Kindle
Gilbert Gallerne réedite ses indisponibles sur Kindle

Faites comme ces auteurs. Défendez vos droits en mettant les mains dans le cambouis et ne laissez pas une loi vous voler des années de travail et de dévouement. Vous pouvez les rejoindre en exploitant vous-mêmes vos oeuvres sur les plateformes numériques comme Amazon, Kobo et iBookStore, ou contacter la coopérative lesindisponibles.fr,  rejoindre Le droit du serf, collectif de réflexion et d’action qui propose de lutter contre cette loi et trouver de l’aide pour l’auto-publication auprès de ce blog.

Si vous avez des questions n’hésitez pas à me contacter. Si vous connaissez d’autres organismes en mesure d’aider les auteurs d’oeuvres indisponibles, intervenez dans les commentaires.

Auteurs réveillez-vous ! 

Signez la pétition contre la loi ici : ReLIRE or not ReLIRE

Pour mieux comprendre cette loi et comment la contrer lisez :

S.I.Lex : De la loi sur les indisponibles au registre ReLIRE : la blessure, l’insulte et la réaction en marche

IDBOOX : Découvrir ReLire ou mourir ?

Actualitté/Billet de François Bon : Auteurs, contre l’État voleur, réclamez vos droits !

Le droit du serf sur La loi sur les indisponibles : Entretien avec Yal Ayerdhal

Page officielle du registre ReLIRE pour rechercher vos titres.

GOINGmobo, the magazine of the Mobile Bohemian

Chris Simon _ Licence Creative Commons BY-NC
1ère mise en ligne et dernière modification le 26 mars 2013.

MON PROCHAIN GROS TRUC, si j’ose dire.

Mon prochain gros truc est l’adaptation française de The Next Big Thing, un mème viral dans lequel les auteurs exposent leur prochain projet puis invitent d’autres auteurs à faire de même sur leurs blogs respectifs.

C’est à Jean-Basile Boutak, un des auteurs de Historietas (ebook auquel j’ai participé) chez Edicool que je dois d’avoir été « tagué ».

ebook en vente sur Edicool, Amazon.fr et itunes
ebook en vente sur Edicool, Amazon.fr et itunes

L’expression « gros truc » en français me fait sourire, mais je comprends pourquoi cela n’a pas été traduit par grand machin ou grosse chose. 😉

Je dois avouer que j’aurais sans doute passé mon tour si je ne venais pas de finir un premier jet de mon roman en cours. Je n’aime pas vraiment parler de mes projets – peur de perdre l’énergie et le désir qui me portent. Mais je me suis dit, pour une fois, sois à la hauteur de tes personnages, fais face à tes peurs.


1. Quel est le titre de votre prochain texte ?

Je ne vais pas le dire, je veux faire la surprise !

2. D’où vous vient l’idée principale ?

De mon premier roman Ma mère est une fiction  chez Publie.net, dans lequel j‘ai fait se croiser quatre histoires. J’ai été sollicitée et encouragée sur les réseaux sociaux par des lecteurs (et même un éditeur) à développer l’une d’entre elles en roman, je me suis dit qu’ils avaient peut-être raison et j’ai essayé.

En vente sur Publie.net, Amazon, Bookeen, iBookStore...
En vente sur Publie.net, Amazon, Bookeen, iBookStore…

3. À quel genre appartient-il ?

Je ne pose jamais la question du genre. À tort peut–être ? Je me concentre sur l’histoire, les personnages. Cependant, je sens ce roman au croisement du roman d’anticipation et de l’uchronie.

4. Si votre texte était adapté au cinéma, quels acteurs verriez-vous dans les rôles principaux ?

Cette question me parle pour deux raisons. 1. L’ histoire au départ était une nouvelle de quatre pages. Ma première idée, en la relisant, était d’en faire un scénario de long-métrage, car je voyais le film. 2. J’écris mes romans en utilisant les techniques du scénario. Il faut dire que c’est ma formation. Cependant, je n’ai pas envie pour l’instant de mettre des visages connus sur mes personnages alors que je le ferais si j’écrivais un scénario.

 5. Quel est le synopsis du texte en une phrase ?

Un voyage qui tourne mal, très mal et met en péril la vie du personnage principal. 😉

6. Allez-vous être publié par un éditeur ou en auto-édition ?

Je n’ai pas décidé, mais l’auto-édition numérique me convient très bien. J’ai déjà publiés deux livres.

7. Combien de temps avez-vous mis pour produire votre premier jet ?

Deux mois. Mais c’est maintenant que le travail le plus long commence.

8. À quel autre livre pouvez-vous le comparer ?

Aucun pour l’instant. Mais je n’ai pas lu tous les livres !

9. Qui ou quoi a inspiré l’écriture de votre livre ?

C’est une histoire que j’avais dans la tête depuis une douzaine d’année. Mais, je ne sais pas pourquoi, je n’arrivais pas à m’asseoir et à l’écrire. Et puis un jour au printemps 2011, j’ai enménagé dans un nouvel appartement et j’ai trouvé sous une latte du plancher qui bougeait, un billet d’1 dollar. Qui avait laissé ce billet ? Les propriétaires avaient-ils connaissance de cette cachette ? Ces questions en ont  apporté d’autres.  À quoi servent les traces ? Le souvenir ? La mémoire permet-elle de nous apprendre quelque chose sur nous-mêmes et sur la nature humaine ? J’ai remis le billet et repositionné la latte et j’ai écrit la première version.

10. Que pourriez-vous dire pour piquer l’intérêt de votre lecteur ?

Une des quatre parties de Ma mère est une fiction est ma matrice et permet une incursion dans le roman .

Pour prendre la suite, et se soumettre à cette pratique virale, j’invite Fabienne Riveyran, , Marlène Tissot, Claire Roig, Camille Philibert-Rosignol, Éric, Dubois, Laurent Bettoni, Olivier Moyano, Florian Rochat, Jean-Christophe Heckers, Adam Molariss. S’ils le veulent, bien sûr.

Bibliographies

A partir de 0,95
A partir de 0,89
  • GOINGmobo, the Magazine of the Mobile Bohemian

 

Chris Simon _ Licence Creative Commons BY-NC

Photos ©Publienet ©Chris Simon

1ère mise en ligne et dernière modification le 13 février 2013