Auteurs indépendants où et comment gagner des parts de marché ?

Cela va faire deux ans bientôt que les plateformes canado-américaines ont ouvert leur porte aux auto-édités en France, tandis que les librairies francophones numériques, qui se multiplient, traînent à le faire. Suite à mon billet sur la naissance du GLN (Groupement pour le développement de la Lecture Numérique) que certains  libraires en ligne ont commenté, j’ai décidé de faire un point. J’ai essayé de rassembler ici tous les libraires qui acceptent de vendre les livres des auto-édités, s’il en manquait, j’invite  libraires en ligne, lecteurs à les ajouter à ce billet.

La tâche n’a pas été facile certains libraires n’ont pas répondu à ma requête, je les ai donc éliminées d’office.  J’ai trouvé qu’il n’était pas toujours simple de localiser sur les sites le lien dédié aux auteurs indépendants (quand il y en avait un !). Manque ou défaut de communication, certaines librairies semblent garder l’info secrète et parfois il faut s’armer d’une certaine patience pour accéder aux démarches à suivre . Quand on voit la simplicité d’accès des plates-formes comme Amazon Kindle et Kobo, on peut s’interroger… D’autant plus qu’ouvrir sa librairie aux auto-édités ne suffit pas, il faut aussi une politique de mise en avant de leurs livres comme l’ont bien compris Amazon et Kobo, qui montre des signes de progrès à ce niveau-là.

Les plates-formes majeures :

Je rappelle ici les plates-formes équipées de tablettes ou liseuses ouvertes aux auteurs indépendants avec un système d’inscription, de redevances et une logistique simple et facile :

Amazon (Kindle Publishing Direct), Kobo (writing Life),  qui vient d’inaugurer en octobre  Writing life en version française  avec une mise en vente automatique et rapide sur Kobo by Fnac, et iBookStore (itunes), Google Play, et Barnes & Noble (qui n’est pas accessible aux auteurs Européens).

Les Librairies en ligne

Immatériel.fr  : La plus ancienne (création en 2008).  Accessible avec un numéro de SIRET (pour en obtenir un, le statut d’auto-entrepreneur suffit). On peut regretter qu’il n’y ait aucune mise en lumière des auteurs indépendants. J’achète des livres chez eux,  mais n’en ai jamais vendu. En tant que lectrice, je peux confirmer que le service est bon et permet de lire sur n’importe quel support, de plus le site possède un système de commentaires, Si vous avez un numéro de siret, cela vaut peut-être la peine de distribuer chez eux. Pas d’exclusivité, pas de frais d’inscription et une majoration de 30% sur les ventes. Toutes les infos ici  :

Didactibook : une des rares librairies ouverte aux auto-édités, la procédure est un peu plus complexe et il faut fournir formats PDF et ePub, un ISBN. Pas d’exclusivité. Pas de tarif indiqué sur la redevance des ventes, j’imagine que cela se trouve dans le contrat. Toutes les instructions ici : http://www.didactibook.com/store/page/63-Editeurs

Chapitre.com : Il faut prendre contact via une adresse courriel  avec un commercial ce que j’ai fait le 22 octobre 2013. Toujours pas de réponse😉

Lien pour prendre contact avec Chapitre : http://telecharger-ebook.chapitre.com/ebook/common/publisher.jsp

Nolim store, la nouvelle librairie ebook de Carrefour. Je les ai contactés via courriel le 22 octobre, j’ai reçu un email automatique :

Nous vous confirmons avoir pris en compte vos observations et les avoir transmises au service concerné. Nous vous contactons dans les plus brefs délais dès que nous obtenons de plus amples informations à ce sujet. Vous bénéficiez ainsi de la prise en considération de vos remarques par nos collaborateurs et de notre engagement à vous proposer un service adapté à vos attentes. Nous vous remercions de votre intérêt pour notre offre Nolim By Carrefour et restons à votre disposition pour tout renseignement complémentaire. Nous vous souhaitons, Madame Simon, une agréable journée.

Depuis plus rien😉. Je pense donc que Nolim n’a pas prévu pour l’instant de distrubuer les auto-édités.

Je ne dirai pas que mon expérience est super concluante. J’ai dépensé beaucoup de temps pour contacter ces librairies, la plupart du temps, j’ai galéré pour trouver les informations, ou je suis restée sans réponse à ma demande. Je ne reporte pas les noms de toutes les librairies qui n’ont qu’un lien éditeurs, assumant qu’ils ne gèrent pas les auteurs indépendants. Pas besoin de vous faire un dessin, beaucoup de temps perdu pour des ventes qui restent minimes puisque d’après une étude publiée par IDboox cette semaine :

Dans les pays occidentaux, 86% des personnes interrogées utilisent au moins une des cinq plates-formes majeures. 20% des personnes interrogées utilisent les services d’Apple ou de Google pour se procurer plus de deux médias différents comme de la musique, de la vidéo, des livres ou des jeux vidéo. Ils sont 30% chez Amazon. La firme de Jeff Bezos reste le site de destination privilégié pour les livres numériques. 28% des utilisateurs de la plate-forme y viennent pour les ebooks. 21% utilisent Google pour les livres numériques et 19% Apple.

Bref, ce n’est certainement pas un secret pour les auto-édités, mais les sites de ventes les plus accueillants et « user friendly » restent les plates-formes anglo-saxonnes, elles sont aussi celles qui génèrent le plus de ventes à ce jour. Le marché numérique se développe et les mentalités s’ouvrent. Il y a de l’espoir. D’autres acteurs proposent de distribuer vos livres, le Zèbre Digital  (filiale de ONLIT), Smashwords et  un nouvel acteur : ibookthèque, une filiale de l’éditeur NumerikLivres qui propose  de distribuer les livres des auteurs indépendants sur toutes les plates-formes et librairies numériques. Une sorte d’agrégator à la Smashwords.

Ibookthèque est un nouveau service qui propose de diffuser vos livres sur toutes les librairies et plates-formes, comme sur Smashword vous pouvez choisir de faire vos fichiers ou de les faire faire. En effet ibookthèque propose de convertir vos fichiers à partir des fichiers en .doc, .rtf, .Pages. pour une somme qui va de 59,00 à 99,00 euros selon la taille de votre fichier. Prix raisonnables. Avec ces fichiers en poche vous pouvez choisir de diffuser votre livre vous-même ou le faire diffuser par ibookthèque, accédant ainsi à toutes les plateformes et librairies francophones. Iboothèque vous reversera 80% de redevances sur les ventes nettes de vos livres. Qu’est-ce qu’une vente nette ? C’est le prix de vente déduit des taxes de vente en vigueur (TVA, entre autres) et de la commission reversée aux librairies en lignes (40 %).

Exemple concret avec prix de vente public à 4.99 € TTC :

  • 4,99 – 5,5 % de TVA* = 4,71 € HT
  • 4,71 – 40 % (part des librairies) = 2,82 € HT
  • 2,82 x 80 % (vos redevances) = 2,26 €

Pour un livre numérique vendu au prix public de 4,99 € TTC vous percevrez sur chaque téléchargement 2,26 €.

C’est moins que si vous vendiez en direct sur Amazon, mais pensez que votre livre est distribué non pas sur une plateforme, mais sur un grand nombre, notamment toutes celles sur lesquelles vous n’avez pas accès en tant qu’auteurs indépendants.

J’ai fait le calcul sur une séance de Lacan et la boîte de mouchoirs🙂

  • 1,29 – 5,5 % de TVA* = 1,22 € HT
  • 1,22 – 40 % (part des librairies) = 0,74 € HT
  • 0,74 x 80 % (vos redevances) = 0,59 €

Pour une  séance  vendu au prix public de 1,29 € TTC,  je percevrai  sur chaque téléchargement 0,59 €.

Conclusion : avec un ebook en dessous de 2,99 , je gagne plus qu’en passant directement par Amazon, puisque ma redevance (nette à 35%) sur 1,29 est de 0,45 . Ce ne sera pas forcement vrai sur les autres plates-formes. Reste à déduire le coût du codage 59,00 (mon fichier est de moins de 15000 mots).  Les 100 premières ventes serviront à amortir ce coût.

Les avantages :

  • Une large distribution ce qui rend votre livre accessible au plus grand nombre de lecteurs en une seule livraison
  • Des fichiers professionnellement codés dont vous pouvez disposer comme vous voulez
  • Moins de temps passé à préparer votre livre et le charger sur les plates-formes, plus de temps pour écrire.
  • Progression de vos ventes de livres sur le moyen/long terme en phase avec le marché qui est exponentiel
  • Possibilité de faire des promotions ponctuelles

Les désavantages :

  • À chaque modification de votre livre, il faudra repayer un nouveau codage. (cf tarifs différents)
  • Contrat d’exclusivité (impossible de vendre en direct sur d’autres plates-formes à l’exception de son site d’auteur)
  • Un manque à gagner  sur les ventes des livres au prix supérieur à 2,99 sur Amazon ou sur Kobo et itunes puisque les redevances s’élèvent à 70% ou 65% sur ces plates-formes.

Plus ancien que ibookthéque, le Zèbre Digital appartient à La maison d’édition numérique ONLIT. Créé en janvier  2013, Zèbre Digital propose un forfait codage et diffusion compris à  299,00 , plus cher au départ que ibookthèque, mais ne prend que 10% sur les ventes, ce qui revient à dire (une fois le pourcentage des plates-formes déduit) que 50% de la vente d’un livre revient à l’auteur. Ces chiffres  ne sont pas définitifs, en effet, Zèbre Digital est en train de revoir le prix de son forfait (codage et diffusion) et les  statuts juridiques de ses contrats afin de mieux répondre à la demande du marché et à la concurrence, donc n’hésitez pas à contacter la compagnie. On voit que ces deux portiques, contrairement aux librairies en lignes connaissent le numérique et leurs utilisateurs. Leurs sites sont agréables, ergonomiques, en deux mots « User friendly)

Smashwords, créé en 2008 aux États-Unis, distribue votre livre sur les plates-formes Amazon, Kobo, iBookStore, Barnes&Noble et sur d’autres plates-formes importantes de vente comme Sony…  Le site est extrêmement bien fait, possède des  brochures gratuites qui vous permettent de mieux comprendre et maitriser les formats et le codage epub et mobi (brochures en français aussi) que vous devez fournir. C’est une plateforme très efficace et performante dans le monde anglophone, cependant sur le marché francophone, Smashwords génère peu de ventes sur sa plate-forme, même s’il permet de faire des promotions ponctuelles et vous épargne les démarches administratives avec l’IRS (service de l’impot aux États-Unis). Commission de 15% sur les ventes.

Conclusion : hors les plates-formes canado-américaines auto-publier son livre numérique est un parcours de combattant😉 avec  pratiquement aucune visibilité puisqu’il n’y a pas de politique de mise en avant des auteurs indépendants sur les librairies en ligne. Même si ça reste sans doute aujourd’hui  un meilleur investissement de se concentrer sur les plates-formes anglophones (surtout celles qui mettent en avant les auteurs indépendants) plutôt que de décupler les points de vente, surveillons de près, car cela pourrait changer.

Le marché du ebook évolue vite, c’est pourquoi le guichet unique de type ibookthèque ou  Zèbre Digital pourraient être dans l’avenir une vraie solution pour les auteurs indépendants, qui génèrent des revenus croissants et veulent satisfaire un lectorat qui s’élargit, en réinvestissant dans la qualité technique de leurs publications et une plus large distribution. Ce qui paraît un peu cher aujourd’hui, ne le sera peut-être plus demain… À vous auteurs de faire votre calcul, de gérer votre temps et votre carrière, vos investissements.

Les auteurs indépendants d’aujourd’hui n’ont pas attendu ces portiques pour publier des livres de qualité et se professionnaliser. Ils l’ont fait grâce à l’entraide et le partage de leurs connaissances et aptitudes en les mettant en commun et continuent de le faire. Cependant  l’apparition de ces outils est une bonne nouvelle et permettra à plus d’auteurs de devenir indépendants, même s’ils sont peu geeks. Une des raisons pour laquelle, j’ai consenti à perdre un peu de mon temps à rassembler ces informations et écrire ce billet.

Bonne chance à tous.

SAISON I - Dernier épisode  le 7 décembre 2013
SAISON I – Dernier épisode le 7 décembre 2013
GOINGmobo, the Magazine of the Mobile Bohemian
GOINGmobo, the Magazine of the Mobile Bohemian

Chris Simon _ Licence Creative Commons BY-NC
1ère mise en ligne et dernière modification le 13 novembre 2013.

9 réflexions sur “Auteurs indépendants où et comment gagner des parts de marché ?

  1. Bonjour concernant le service iboothèque, je me permets de faire quelques correctifs :

    – Vous pouvez fournir vous même votre fichier ePub comme indiqué ici clairement http://ibooktheque.com/2013/10/17/etape-2-une-large-diffusion-2/ mais si le fichier ne correspond pas aux critères de qualité de différentes plateformes, nous vous proposons de la réaliser pour vous. Mais ce n’est pas une obligation. Vous pouvez décider de la refaire vous-même jusqu’à ce qu’il soit aux normes. Cependant, nous insistons sur le fait qu’il est important que les fichiers numériques répondent à des normes de qualité et éditoriales dans la construction, irréprochables, gage de pérennité et d’interopérabilité. Ce pour cette raison que nos fichiers ne sont pas convertis via des outils d’importation automatique comme Calibre mais à la main. Et effectivement, cela a un coût.
    – Les mises à jour technique sont gratuites. Seuls les mises à jour dues à un changement éditorial de l’auteur sont effectivement payantes (forfait de 39€ par mise à jour comprenant le re-téléchargement des fichiers).

    Merci d’accepter de bien vouloir porter à la connaissance de vos lecteurs ces précisions.

    Bien cordialement,

    L’équipe iBookthèque

    1. C’est pas grave, c’est des choses qui arrivent. Très bon article de synthèse en tout cas où c’est là que l’on voit qu’un service comme ibookthèque prend toute sa signification. Après les auteurs indépendants ont un choix à faire : des redevances à 70% pour 35% du marché de la lecture numérique ou des redevances moins importantes mais en couvrant 100% du marché de la lecture numérique et ainsi contenter tous les lecteurs.

  2. Ta conclusion est juste, mais aimable, Cris. Hors Amazon, qui est hyperpro, et Smashwords, qui permet aussi l’autopublication + une distribution automatique vers Apple, Kobo, FNAC, Sony, Diesel et d’autres, les autres plateformes -françaises notamment – relèvent de l’amateurisme.

    1. Merci pour ce point de vue et ton complément d’informations. J’ai un compte Smashwords, mais n’est pas envore mis en vente un seul livre. Il est vrai que pour l’instant mon expérience se limite å Amazon, Kobo, iBookStore (iTunes), Barnes & Noble, Youscribe que j’ai oublié de mentionner (aucune vente à ce jour) et Google Play qui ne m’a pas convaincu. Je vais expérimenter plus de pates-formes en 2014 !😉. Espérons que nous aurons d’aussi bons outils qu’Amazon et Smashwords dans le futur…😉

    1. En ce qui me concerne j’ai des livres depuis 2011 sur Youscribe et pas une seule vente.😉 Oui, Youscribe est ouvert aux indépendants, mais il n’y a aucune politique en leur faveur… Il ne suffit pas de mettre les livres en vente, il faut une politique de vente et de mise en avant. Je ne connais pas les autres sites de ventes que tu mentionnes, je veux bien en parler mais je n’ai aucun chiffre, ni ne connais aucun auteur qui y vend des livres ? En vends-tu dans ces librairies ?

  3. Bonjour Chris

    Admiratif et reconnaissant à l’égard de l’effort documentaire et du travail de synthèse, qui plus est « généreux » puisqu’ouvrant la porte à d’autres et notamment les non-geeks. Dans mon rapport à l’écrit, j’ai aujourd’hui et sans remords laissé de côté la volonté d’éditer de quelque façon que ce soit -sauf de micro-productions accompagnant des Instagrams que je tague d’un No copyright expérientiel. Apparemment la mise en agora d’ePub est assez laborieuse et j’espère que la technicité que cela exige, une fois acquise, semble-t-il, ne leste pas votre élan ; au contraire, que cela vous donne de l’énergie !..

    Avec vous au détour d’une voyelle, dans la géographie du sens
    Amicalement, Serge

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s