Pourquoi en numérique ? Entretien avec Florian Rochat

J’ai rencontré Florian Rochat sur les réseaux sociaux. Tous deux auteurs autoédités, nous échangeons depuis quelques mois informations et tuyaux. C’est donc un mini portrait de son avatar, avec lequel mon avatar communique régulièrement, que je vais faire.

Florian Rochat apparaît comme un aventurier tranquille. Ancien journaliste de presse écrite, radio et télévision, il vit au pied des montagnes du Jura suisse, où il pratique de manière assidue la randonnée et le ski de fond. Il aime “Trekker” et les auteurs de l’ouest américain comme Jim Harrison et Rick Bass. Grand amoureux du Montana, la  « terre d’ancrage » de deux de ses romans, il est tourné vers la Nature et le rapport de l’homme à la Nature. Autoédité très bien informé, il est généreux, ouvert d’esprit et partageur. En aventurier jusqu’au bout, il a choisi d’autopublier en numérique son nouveau roman, La légende de Little  Eagle, qu’il a couplé avec une version papier realisée au sein du programme Create d’Amazon. Florian Rochat a été  le premier à répondre à mon invitation du 31 aôut, et c’est avec un grand plaisir que je vous le présente.

La légende de Little EagleEn vente sur Amazon, iBookStore, Kobo, Fnac... et Smashwords
La légende de Little Eagle
En vente sur Amazon, iBookStore, Kobo, Fnac… et Smashwords

Tous les formats du livre ici

Résumé : Hélène Marchal, journaliste dans la quarantaine, hérite d’une maison dont elle n’avait jamais entendu parler. Ces lieux avaient abrité un secret de famille que sa mère lui avait révélé peu avant sa mort. Mais en se rendant à Verdeil pour y découvrir son bien, une autre surprise l’attend dans ce petit village bourguignon.
Sur un rayon de bibliothèque où quelques livres ont été abandonnés, elle découvre un bout de papier qui dépasse d’un ouvrage. C’est une copie carbone d’une lettre adressée en 1947 par son grand-père maternel aux parents du premier lieutenant John Philip Garreau, pilote de chasse dans l’armée de l’air américaine… lire la suite

Montana

Florian Rochat répond aux 5 questions

1.

LeBdelaM : Comment as-tu découvert l’auto-édition numérique ?

Début 2011. Quelqu’un m’avait envoyé un article sur le succès d’Amanda Hocking, qui avait autopublié plusieurs livres après  avoir été rejetée par tous les éditeurs et qui en avait vendu 900 000 en moins d’un an sur Amazon. De fil en aiguille, j’ai découvert d’autres pionniers du numérique, notamment Joe A. Konrath, un auteur de polars qui avait écrit une  dizaine de livres et totalisé… 600 refus. Depuis sa première autopublication en 2009, ses ventes approchent  aujourd’hui le million d’exemplaires. Donc, à l’automne 2011, suite à plusieurs refus d’éditeurs pour mon nouveau  roman, « La légende de Little Eagle », je me suis dit que je n’allais pas passer cinq ans (comme précédemment) pour en trouver un éditeur (le mien m’ayant laissé tombé) . j’ai décidé de tenter le coup de l’autopublication

2.

LeBdelaM : Question formatage et couverture, tu t’y es pris comment ?

Je n’ai pas  essayé  de formatter moi-même, je ne suis  pas un « geek » en informatique ! Mais j’ai un ami informaticien qui s’en est chargé, et nous avons fait les procédures de téléchargement ensemble. Même aux Etats-Unis, tous les auteurs ne  formattent pas eux-mêmes. Il y a des dizaines de petites sociétés qui offrent ce service pour quelques centaines de  dollars. Ensuite, j’ai acheté une photo “clean et pro” à un photographe anglais. Mon ami informaticien l’a “habillée” (titre, couleurs) en collaboration avec moi et fait le formatage pour le KDP et Smashwords.

3.

LeBdelaM : Pourquoi Smashwords ? Avantages, inconvénients ?

Smashwords m’est apparu comme un complément à Amazon, parce qu’ils distribuent les livres qu’on publie  chez eux à d’autres plateformes (Apple, Kobo, Fnac, Sony, Diesel, Barnes & Noble…) Voilà pour l’avantage. Quant aux inconvénients, je ne  vois pas… sinon que mes ventes sur ces plateformes-là sont inférieures à celles que j’ai sur Amazon. C’est Amazon qui marche le mieux. Deux opération “gratuites” et limitées dans le temps sur Smashwords ont suscité un peu plus de 100 téléchargements.

4.

LeBdelaM : Comment tu fais la promotion de ton livre ?

Pas de Relation Presse. J’ai essayé (et je continue) de le faire via les Twitter et Facebook, qui sont sensés être les sésames pour la promotion, mais pas vraiment dans mon cas. Le plus souvent avec des “amorces” de mes articles de blog sur le numérique, ou le partage d’articles sur la question ou la littérature en général. Quelques tentatives sur des forums, qui ont marché un peu. Mais les intervenants sur ces forums sont souvent intolérants: “Il fait de l’autopromotion !!!” (La honte…) Et les bloggeurs aussi ne sont pas très ouverts à l’autopublication.

LeBdelaM : Des suggestions pour faire évoluer les mentalités ?

Sacrée  question… La stigmatisation et le mépris pour l’autopublication sont tels en France, pays où les « vrais écrivains » ne  peuvent qu’être ceux reconnus par un éditeur traditionnel… Je crois qu’un problème important est justement la  facilité avec laquelle on peut se proclamer aujourd’hui « écrivain » en s’autopubliant. Beaucoup de livres offerts sur le Kindle Store ou ailleurs me semblent mauvais, et ça fait du tort aux vrais auteurs. Mais il y en a ! Les meilleurs ont une véritable éthique, ce sont des « pros » qui écrivent de bonnes histoires, sur des thèmes intéressants, en se montrant rigoureux sur la structure, la correction, l’édition. Pour reprendre l’exemple américain, beaucoup d’écrivains autopubliés recourent aux service de correcteurs et d’éditeurs indépendants. Cela coûte de l’argent, mais cela en vaut la peine. Reconnaissance: depuis quelques mois, le New York Times inclut les livres autopubliés dans ses listes des meilleures ventes. Il faudra encore un certain temps pour que L’Express ou le Point s’y  mettent…  En ce qui me concerne, j’ai re-re-re-re-lu mon livre maintes fois, y apportant de nombreuses collections  alors que le le croyais « fini ». Je l’ai fait lire par plusieurs lecteurs et lectrices capables de le critiquer au lieu  de me dire: « C’est génial ! », et j’ai souvent (mais pas toujours, ils n’avaient pas forcément raison, et l’auteur doit  être le dernier à trancher) tenu compte de leurs remarques. Cela dit, l’autoédition peut être diabolique: j’ai  retrouvé, après publication, plusieurs coquilles mineures, une référence grossièrement fausse, et une phrase qui ne  voulait rien dire du tout ! L’avantage de l’autopublication, c’est qu’on peut corriger cela facilement et rapidement.  Ce qui a été fait.

5.

LeBdelaM : Entretiens radio et autres

Oui, une émission d’une demi-heure, débat avec un auteur “classique” sur les avantages et inconvénients du numérique. Un très bon article sur un site spécialisé dans l’aviation, et plusieurs blogs/forums aviation et guerre très accueillants.

En vente sur Amazon

l’ A B C

Bonus technique et idéologique de Florian Rochat en trois lettres

A.

LeBdelaM : Sur Amazon couplée avec la version numérique, tu proposes une version papier, comment ça marche exactement ?

J’ai découvert la possibilité du « papier » peu avant mon  autopublication en numérique, avec le service CreateSpace d’Amazon: https://www.createspace.com/ (se logger en ouvrant  un compte, puis cliquer sur « Start a book for free » pour voir comment ça marche. Il faut aussi formater, bien sûr.)  Cette option me semblait très complémentaire au numérique, dans la mesure où une grande majorité de lecteurs potentiels ne sont pas encore équipés de tablettes ou liseuses. Les versions papier ET numérique apparaissent groupées sur les sites d’Amazon. Les lecteurs ont donc le choix du support. La version imprimée, dont la fabrication est gratuite, mais pour laquelle Amazon offre également de l’aide moyennant une somme assez modeste) peut être vendue à un prix très concurrentiel par  rapport à un livre issu de l’édition traditionnelle. Et c’est quand même toujours sympa d’offrir un (« vrai) livre à ses amis et à ses proches… J’encourage chacun à utiliser cette possibilité. Si on connaît un ou quelques libraires, on peut même s’arranger avec eux pour qu’ils offrent le livre dans leur assortiment.

En vente sur Amazon, iBookStore, Kobo, Fnac... et Smashwords
En vente sur Amazon, iBookStore, Kobo, Fnac… et Smashwords

B.

LeBdelaM : Comment vis-tu, perçois-tu ce nouveau statut pour les auteurs ?

L’autopublication est vraiment une révolution pour les auteurs. Pour ceux qui ne trouvent pas d’éditeurs (parce que les  éditeurs ne peuvent pas tout publier, même si ce sont de bons livres). Pour ceux qui croient qu’en ayant déjà publié chez des éditeurs traditionnels (comme moi, chez 2 différents), ils peuvent encore en trouver un. Mais ce n’est pas  garanti, et ça peut prendre DES ANNÉES… Cinq, pour mon précédent roman, mais le dernier éditeur contacté a eu un coup de coeur et s’est décidé en deux jours !  C’est aussi une révolution pour des auteurs confirmés aux Etats-Unis, où ils sont de plus en plus nombreux à tourner le dos aux éditeurs traditionnels. Parce qu’ils peuvent publier au rythme qu’ils veulent. Parce qu’ils sont payés chaque mois, au lieu de l’être un an après la sortie de leur livre. Parce qu’ils sont mieux rémunérés sur des prix beaucoup plus bas. Parce  qu’ils conservent tous leurs droits: traductions, adaptation cinématographique (pour les chanceux). Un exemple parlant est celui de Barry Eisler, un auteur de thrillers  politiques qui n’est pas un best seller comme James Patterson ou Steven King, mais dont les livres se vendaient tout de  même à quelques centaines de milliers d’exemplaires. Il a refusé une offre de 500 000 $ de son éditeur pour ses deux  prochains livres, et a autopublié le premier (« The Detachment »), ce qui lui a rapporté plus d’argent qu’auparavant.  N’oublions pas que l’auteur, économiquement parlant, est le maillon le plus faible dans la chaîne du livre traditionnel. Un scandale ! Et que les contrats des éditeurs sont léonins dans leurs conditions et restrictions de toutes sortes. Enfin, les livres autopubliés en numérique sont « éternels » sur le Net, contrairement aux livres  imprimés, dont la grande majorité  qui disparait rapidement des librairies.  Je m’intéresse beaucoup, ces jours, à Joël Dicker, un jeune écrivain genervois de 27 ans, dont le polar « La Vérité sur l’affaire Harry Quebert »(Editions L’Age  d’Homme/de Fallois) figure dans les premières sélections pour le Goncourt et le Femina. Il a des critiques canon dans la presse parisienne, et il vit un rêve extraordinaire. Prix ou pas prix, son livre sera sans doute un succès, et je le lui souhaite de tout coeur. Mais voilà: ce genre de situation est l’exception, et donc je ne fantasme absolument pas là-dessus.

C.

LeBdelaM : Projettes-tu de continuer l’autopublication en numérique ?

Oui. Je pense terminer vers la fin de l’année un nouveau livre, « Printemps sans chien, printemps chagrin » (une  « histoire de chiens » sous forme de récit personnel, pour simplifier) et je vais évidemment l’autopublier. Mes chances de succès sont aussi incertaines que chez un éditeur traditionnel, mais qu’importe puisque je n’y peux rien. Mais le  créneau ou la catégorie « Animaux de compagnie » sur Amazon me semble bons et bien visibles. Les auteurs qui  s’autopublient accroissent leurs chances avec chaque nouveau titre ajouté à leur liste sur les plateformes de vente, il  y a un effet boule de neige avec le temps. Le numérique et le nombre d’ereaders augmentent chaque jour, partout. Donc :  écrire, écrire, selon son envie, son inspiration, son rythme. Sans se prendre la tête ni se faire du mouron par rapport aux affres du monde de l’édition traditionnelle ou au succès si désiré, mais toujours en donnant le meilleur de soi- même. Et, comme disait une vieille chanson américano-espagnole, « que sera, sera ».

En vente sur Amazon, iBookStore, Kobo, Fnac... et Smashwords
En vente sur Amazon, iBookStore, Kobo, Fnac… et Smashwords

Pourquoi en numérique ? est une série d’entretiens avec des auteurs autoédités en numérique, mais aussi bientôt d’autres acteurs qui partiquent la correction, le formatage, etc.

Si vous désirez un entretien veuillez consulter ce billet pour les démarches à suivre.

 

Chris Simon _ Licence Creative Commons BY-NC

1ère mise en ligne et dernière modification le 24 septembre 2012

13 réflexions sur “Pourquoi en numérique ? Entretien avec Florian Rochat

  1. Pingback: Pourquoi en numérique ? Entretien avec Florian Rochat | le baiser de la mouche

    1. Merci Luc ! J’espère que ces entretiens apporteront des mines d’infos sur l’expérience de l’autopublication et aideront ceux qui sont tentés tout en propulsant les livres des auto-édités qui transmettent leur expérience ! D’ici quelques temps je m’entretiendrai aussi avec d’autres acteurs comme ceux qui formattent les fichiers.

  2. Pingback: Florian Chat

  3. Pingback: Pourquoi en numérique ? Un entretien avec Éric Nicolas | le baiser de la mouche

  4. Pingback: Pourquoi en numérique ? Un entretien avec Jacques Vandroux | le baiser de la mouche

  5. Pingback: Pourquoi en numérique ? Un entretien avec Claire Roig | le baiser de la mouche

  6. Pingback: Pourquoi en numérique ? Un entretien avec Thibault Dalavaud | le baiser de la mouche

  7. Pingback: Pourquoi en numérique ? Un entretien avec Jérôme Dumont | LE BAISER DE LA MOUCHE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s